array(0) { }

La lime Re n’a d’utilité que s’il est nécessaire d’éliminer l’ergot (surplomb) dentinaire à l’entrée du canal. Le travail de Re (conicité 12%) prépare le passage de la lime R1 et lui permet de travailler en toute sécurité et en toute efficacité.

Dans certains cas, une pré courbure peut aider à “trouver” et pointer l’accès au canal.

La conception de la lime Rm répond à la nécessité d’une action de “dague” pour briser l’obturation à l’entrée canalaire. Seul l’acier inoxydable répond à cet objectif, par sa rigidité. De plus, la conicité de 4% confère aussi une bonne rigidité et le diamètre de 25/100 évite à la lime de “plier” trop rapidement au cours des manœuvres de recherche canalaire.

L’observation initiale attentive de la radio avant tout RTE et l’observation visuelle des accès canalaires après réaménagement coronaire permettent de déterminer la nature de cette obturation : pâte, gutta monocône ou gutta condensée. Un sondage initial manuel avec la lime Rm peut aider à déterminer le type de pâte, donc le type de solvant.

La nécessité du solvant s’impose dès lors que la pâte d’obturation est trop dure pour pouvoir être facilement déstructurée par la lime Rm ou éliminée par les instruments R1 et R2. L’utilisation du solvant devra être limitée en quantité afin de ne pas produire trop de boue difficile à éliminer. Par contre, le solvant devra être renouvelé fréquemment. La mise en place dans le réservoir caméral se fait à la pipette ou avec les précelles. L’utilisation du solvant se limitera aux 2/3 coronaires afin de ne pas provoquer une irritation de la zone péri apicale.